Digital

Tsedaka Challenge : Lorsque l’engagement génère de la charité !

Sur Facebook, on voit apparaitre de temps à autres des « challenges », ces défis un originaux et décalés tels que le Harlem Shake apparu en 2012 ou plus récemment le Ice Bucket Challenge. Vous en connaissez tous le principe : vous relevez un défi, puis vous nominez quelques uns de vos amis qui doivent à leur tour le réaliser puis le partager sur le célèbre réseau social.

Depuis quelques semaines, un nouveau défi de ce genre est apparu au sein de la communauté juive : le #TsedakaChallenge, qui envahit les pages d’accueil des utilisateurs de cette confession. Le principe ? Une fois désigné par l’un de vos amis pour participer à cette opération, présentée sous la forme d’un défi, vous vous engagez à reverser une somme donnée pour chaque like ou commentaire reçu, à la Tsedaka. La règle de base : 1€ pour chaque like reçu et 2€ pour chaque commentaire comptabilisé.
Rapidement devenu viral, ce défi rempli de bienfaisance ne cesse de prendre de l’ampleur. Essayons d’en comprendre l’origine et la raison de sa viralité.

Origine

Il est difficile de remonter jusqu’à l’initiateur de cette idée pleine de distinction. Des rumeurs veulent que les premiers à avoir pensé à ce défi soient des proches du mouvement Habbad-Loubavitch qui aient souhaité allier l’aspect ludique de Facebook à une « Mitsva » (bonne action)  en faisant rayonner la bonté d’un geste simple sur toute l’étendue d’un réseau virtuel qui ne sert habituellement qu’à partager des futilités.

Viralité ?

Comme bien d’autres défis Facebook avant celui-ci, une majeure partie de la viralité du Tsedaka Challenge s’explique tout simplement par la multiplication de son partage à chaque fois qu’il est accompli par un individu lambda. Je m’explique :
A chaque fois que vous acceptez de relever le défi de la personne qui vous a nominé, vous devrez à votre tour nominer non pas un, mais 5 autres de vos amis pour faire ce défi ! Cela décuple donc logiquement la portée du phénomène de façon exponentielle.
Au delà de ce système de nomination favorisant une propagation véloce, la viralité peut également trouver sa raison dans l’intention même du défi : la nouveauté. Car en effet, jusqu’alors, tout nouveau défi était basé sur les mêmes objectifs communs qui sont le voyeurisme, la recherche de reconnaissance ou de popularité et le repoussement des limites. Avec ce nouveau challenge basé sur la charité, l’objectif est pour la première fois désintéressé. On ne cherche ni à prouver quelque chose à qui que ce soit, ni de récompense sociale particulière, si ce n’est le respect de sa communauté d’ami qui verra en vous une personne généreuse.
Peut-être est-ce cette intention altruiste dont les futurs challenges Facebook auront besoin pour se répandre rapidement qui sait !

Quelques chiffres

 Après enquête et comparaison sur plusieurs profils Facebook, nous sommes parvenus à établir une moyenne des sommes récoltées à l’issu des 24h représentant la durée du défi.
Ainsi, entre 70 et 100 likes sont récoltés, accompagnés avec d’une quinzaine de commentaires. Ces nombres sont bien entendu variables en fonction du nombre d’amis que vous avez. Il est donc évident qu’une personne dénombrant 1000 amis sur Facebook soit plus à même de récolter un peu plus de 100 likes et une dizaine de commentaires.

Une opportunité sociale ?

 Si l’on veut aller plus loin, on se demandera si derrière cette générosité massive et spontanée ne se cache pas la recherche d’une certaine satisfaction de l’égo. Aussi grande que soit la générosité des donateurs, ne peut-on pas penser que la recherche de likes et de glorification représente l’une des motivations inavouées des participants ? Le fait de vouloir montrer sa richesse, son influence et / ou sa popularité n’est-il pas au final l’un des moteurs  de leurs motivations ? Car lorsque l’on y réfléchit bien, si l’on savait par avance que ce défi ne rapporterait à un individu quelconque que 2 ou 3 likes au bout des 24h du défi, pas certain que tous se rueraient à relever le challenge.
Alors, prétexte à l’accroissement de sa popularité ou générosité désintéressée ?
A vos plumes 🙂
Hello

About the author

david@agence1948.co.il

Leave a Comment